Le défilé
1869
"Le défilé (Chevaux de course devant les tribunes)"- 1869 -  Musée d'Orsay

Edgar Degas fut une figure inflexible d'un impressionnisme privilègiant composition et étude du mouvement...

  English version
DEBUSSY - L'isle joyeuse (1904)
 

Edgar DEGAS

mouvement et composition

UNE FORMATION CLASSIQUE

Edgar DEGAS (1834-1917), peintre et sculpteur français, est considéré comme l'un des représentants majeurs de l'impressionnisme grâce à sa composition novatrice et à son analyse perspective du mouvement.

Il fut aussi l'un des plus actifs organisateurs du mouvement impressionniste, même si ses conceptions artistiques étaient distinctes de celles de ses amis impressionnistes.

De son vrai nom Hilaire Germain Edgar de Gas, il naît à  Paris en juillet 1834 dans une grande famille noble de banquiers, aisée et cultivée. Sa mère était créole, originaire de la Nouvelle-Orléans. Son père, amateur d'art éclairé, permet à son fils d'aménager un atelier dans sa propre maison.

Après de brèves études de droit, il étudie à l'Ecole des Beaux-Arts sous la direction de Lamothe, un disciple d'Ingres, peintre auquel il devait toujours vouer une admiration sans borne. Il y acquiert une grande maîtrise du dessin qui constituera toujours une caractéristique majeure de son art.

En 1859, il part pour l'Italie où il étudie, à Florence, Naples et Rome, les œuvres du Quattrocento, et peint de nombreux portraits.

Il étudiera à fond l'art ancien, tout en programmant dès 1859 dans ses carnets, toute une liste de motifs de la vie contemporaine qu'il projette de traiter : musiciens, danseuses, deuils, cafés le soir... autant de thèmes qu'on retrouvera dans son oeuvre.

Par son statut social, sa culture et sa conception artistique, Degas a beaucoup de points communs avec Manet. Plus encore que Manet, c'est un peintre de figures, il ne s'intéresse jamais au paysage.

 

 
C l i q u e z  sur  les  i m a g e s
 


Autoportrait au chapeau mou
1857-58

p
o
u
r


l
e
s

a
g
r
a
n
d
i
r


Sterling and Francine Clark
Art Institute
Williamstown, Massachusetts

 

UNE COMPOSITION NOVATRICE

"La Famille Bellelli" (1858-1860) est l'un de ses premiers tableaux véritablement personnels, et peut être considéré comme l'un des premiers chefs-d'oeuvre de l'Impressionnisme.

Ce tableau représente le baron Bellelli, révolutionnaire exilé à Naples en 1848, et sa femme Laura, fille du banquier napolitain de Gas qui vient de décéder, et tante du peintre, avec leurs deux filles, en habits de deuil.

     

Comme il le fera tout au long de sa vie, Degas choisit une composition inédite, et apparaît déjà comme un maître portraitiste dont l'intérêt principal est de traduire les états psychiques des personnages.

Par sa composition - des personnages aux poses peu contraintes, le père vu de dos comme coinçé entre des meubles et relégué à une incompréhensible insignifiance -, il transforme une scène de deuil en une banale scène du quotidien.

Malgré les attitudes pouvant être interprétées comme des signes de cohésion familiale, les regards divergent et sont emplis de froideur. Cette objectivité et cette fugacité des relations humaines sont un leitmotiv dans l'oeuvre de Degas.

Comme Manet avec son "Olympia", Degas conservera ce tableau sur lequel il travailla longtemps, jusqu'à sa mort.

   
 

La famille Bellelli
1858-60
Musée d'Orsay, Paris

 

 

DES THEMES CONTEMPORAINS ET URBAINS

A partir de 1861, il devait commencer à abandonner les sujets historiques et s'intéresser au thème des courses de chevaux, coutume aristocratique importé d'Angleterre, que Géricault (1791-1824) avait traité avant lui. A Longchamp, qui venait d'ouvrir, Degas étudiera attentivement l'animation des champs de course - l'univers des jockeys, les préparatifs et le départ des courses... -.

Il se lie dès 1862 avec Manet ("Portrait de Manet", 1864), mais ne rencontrera Monet et Renoir qu'en 1865 au Café Guerbois. De 1865 à 1870, il enverra chaque année ses oeuvres au Salon, avec succès. Après 1870, il cessera définitivement ses envois.

Contrairement aux autres impressionnistes, Degas préfèrera toujours travailler à l'atelier et ne partagera ni leur goût de la campagne et du plein air, ni leur recherche sur la lumière naturelle qui était au coeur de leurs préoccupations. Bien au contraire, il se penchera sur les effets de la lumière artificielle (lampes à gaz).

Sa mémoire visuelle lui permet de retranscrire précisément en atelier les sujets qu'il a observés, qu'il recrée dans une composition picturale voulue par lui. Degas revendiquait le droit de l'artiste à traduire ainsi sa volonté artistique, s'opposant en celà aux autres impressionnistes qui privilégiaient la spontanéité de la peinture sur le motif.

Degas dira ainsi de son art : “ Aucun art n'est aussi peu spontané que le mien. Ce que je fais est le résultat de la réflexion et de l'étude des grands maîtres; de l'inspiration, la spontanéité, le tempérament, je ne sais rien...”, ou encore : "je ne veux pas perdre la tête face à la nature".

 

A cette époque, tout en continuant à travailler à des portraits réalistes, comme "La femme aux chrysanthèmes" - 1865, Degas envoie au Salon en 1866 une course de chevaux, et commence à s'intéresser à un autre thème majeur de son oeuvre : le théâtre, la danse, la musique.

Avec "L'orchestre de l'Opéra" - 1868-69, Degas signe encore une composition très novatrice, avec en plans superposés vus du premier rang, la fosse aux musiciens, et la scène avec les danseuses de ballet décapitées formant un tourbillon de jambes et de tutus.

Bien que Degas ait rarement porté son regard en dehors des limites de sa sphère sociale, il s'attachera aussi au thème des repasseuses, alors à la mode en littérature et en peinture, qu'il reprendra épisodiquement tout au long de son oeuvre ("La repasseuse" - 1869).

 


L'orchestre de l'Opéra
vers 1868-69
Musée d'Orsay, Paris

Epris de "modernité" et admirateur de la vie urbaine, Degas est un observateur sceptique et sans illusions, qui souvent cherche à exprimer dans ses tableaux l'incohérence, l'amèreté, l'insolite ou l'incompréhensible des situations.

Pendant la guerre de 1870, Degas servira, comme Manet, dans la Garde Nationale à Paris. Après la Commune, il ira rendre visite à sa famille à La Nouvelle-Orléans, dont il ramènera le célèbre Bureau du coton à la Nouvelle-Orléans - 1873

Degas est co-organisateur de la 1ère exposition des Impressionnistes, et n'exposera plus que dans les expositions du groupe.

 

UN PEINTRE DU MOUVEMENT

 

N'ayant pas à vendre ses tableaux pour vivre, il va continuer à travailler, sans commande, sur ses thèmes favoris : portraits contemporains, courses de chevaux, scènes de café, monde du spectacle. Dans ce dernier, il va de plus en plus s'intéresser particulièrement au ballet, qui va devenir pour lui le sujet artistique dominant.

Il voit dans le ballet, en dehors de la magie qu'il exerce sur lui, un sujet idéal d'observation du mouvement rapide, et une vaste possibilité de composition spatiale, offerte par toute la surface de la scène.

Rapidement, Degas sera sensible, à travers ses observations des artistes dans les coulisses lors de leur travail - exercices, répétitions - , au décalage existant entre la féerie des costumes et des spectacles et la situation sociale misérable des danseurs.

Pour Degas, le microcosme du théâtre, de la musique et de la danse, qui focalise l'attention de la riche société qui peut s'offrir le luxe des spectacles, va devenir un lieu d'observation privilégié des rapports humains et des rapports contradictoires entre l'art, le travail et les affaires.

 


Danseuses
1878
Collection privée

 

L'ADAPTATION A SA MALADIE DES YEUX

Degas vécut mal certaines mauvaises affaires de sa famille, quoiqu'il fut toujours à l'abri du besoin, et, surtout va être éprouvé à partir de 1870 par une maladie des yeux, qui ne fera qu'empirer, malgré les soins, jusqu'à une cécité totale, marquant la fin de son activité artistique, en 1911.

D'un caractère difficle et solitaire, Degas vivra de plus en plus dans une certaine misanthropie, mais son activité artistique restera exceptionnelle : à sa peinture qu'il fera évoluer vers des scènes d'intérieur et le pastel, il ajoutera une oeuvre de sculpteur (et même une brève et intense oeuvre de photographe entre 1895 et 1896).


Bain du matin
1883
Pastel
sur papier
Art Institute of Chicago

 

A compter de 1879, à travers des oeuvres telles que Femme à la coiffeuse, Degas s'intéressa presque exclusivement au thème pourtant fort ancien des femmes à la toilette.

Ironique, parfois cruel, mais toujours objectif et brillant dans la représentation, son réalisme atteint à une crudité souvent démystifiante de la femme.

Pratiquant depuis longtemps le pastel, il privilégiera cette technique lorsque sa vue trop dégradée lui interdira le travail de l'huile trop minutieux.

Il en profitera pour évoluer vers une technique plus enlevée et plus libre, modelant les volumes par le seul stratagème de la lumière et relevant l'ensemble par quelques touches de couleur pure. 

Comme Manet, Degas, le "peintre des danseuses ", mais aussi des modistes, des champs de courses et des cafés, suscitera l'admiration de ses contemporains et le respect des jeunes artistes de son temps.

Degas est une personnalité trop indépendante pour pouvoir se fondre totalement dans le mouvement impressionniste. S'il en est historiquement une des pièces maîtresses, ce qui le lie au mouvement impressionniste, c'est bien plus son esprit frondeur, anticonformiste, son goût de la modernité et le désir d'une peinture contemporaine, que ses conceptions artistiques qui sont souvent en opposition avec celles des impressionnistes.

Degas ne cessa toute activité artistique qu'à partir de 1911, lorsqu'il devint tout à fait aveugle.

L'ensemble de son oeuvre de peintre, très importante (2000 tableaux), se caractérise par son approche véritablement objective des sujets traités,l'extrême souci du réalisme, du dessin exact et la recherche et l'étude du mouvement.


Il tente de fixer, à la manière de la photographie naissante - qu'il pratiqua avec succès - le mouvement, au travers de poses naturelles et spontanées.

 


Cavaliers sous la pluie
1886
Glasgow Museums and
Art Gallery , Ecosse



 

Copyright © WEB-SY - 2004-2008

Commentaires, avis bienvenus :
Marc GERONDEAU :
mgerondeau@web-sy.fr