Scène d'été
1869
Scène d'été - 1869 - Fogg Art Museum, Harvard University, Cambridge USA

Condisciple et ami généreux de Monet et Renoir, Bazille peignit dans un style moderne et réaliste avant d'être tué en 1870...English version

DEBUSSY - Estampes, Pagodes (1903)
 
 
 

 

Frédéric BAZILLE

clarté et réalisme

 

Frédéric Bazille est originaire d'une famille protestante de la haute bourgeoisie montpelliéraine. Son père était un riche propriétaire terrien, viticulteur et notable de la ville de Montpellier.

 

A partir de 1862, il vient à Paris poursuivre ses études de médecine, tout en passant le plus clair de son temps à l'Ecole des Beaux-Arts à peindre dans l'atelier de Charles Gleyre, où il se lie d'amitié avec Monet, Renoir, et Sisley.

 

Sa vocation artistique remontait à sa rencontre avec un ami de ses parents, le collectionneur et mécène d'art montpelliérain Alfred Bruyas, qui influença Courbet ainsi que les impressionnistes. A l'origine la peinture de Bazille sera inspirée par les oeuvres de Courbet et Manet.

 
C l i q u e z  sur  les  i m a g e s
 





p
o
u
r


l
e
s

a
g
r
a
n
d
i
r

Bazille peignant "le héron"
1867
par RENOIR

Musée d'Orsay, Paris

 

 

En 1863, à Pâques, il effectue un séjour à Chailly dans la forêt de Fontainebleau avec Monet, afin d'y étudier la peinture en plein air.


La robe rose
1864

Musée d'Orsay, Paris

 

En 1864 il loue un atelier rue de Vaugirard et en juin séjourne avec Monet à Honfleur, où il rencontre Boudin et Jongkind. De retour à Paris, ayant échoué à ses examens de médecine, il obtient de ses parents la permission de se consacrer entièrement à la peinture.

En 1865 il partage un atelier rue de Furstenberg avec Monet qu'il aide financièrement.

Il soumet deux oeuvres au Salon de 1866, "Jeune fille au piano" et "Nature morte au poisson", cette dernière étant acceptée.

Il sera par la suite régulièrement admis au Salon.

Cette même année, il partage un nouvel atelier avec Renoir, rue de Visconti.

 

Il devait par la suite, en 1868, déménager dans le quartier des Batignolles, rue de la Condamine, à proximité du Café Guerbois dont il devint un habitué.

C'est dans cet atelier qu'il peignit en 1870 "L'atelier de Bazille, rue de la Condamine", où on le voit présentant une nouvelle oeuvre à Manet et Monet, alors que son ami Maître joue du piano et que Zola discute avec Renoir.

D'une composition ouverte, ce tableau - où Manet peignit lui-même la grande silhouette de Bazille - fait ressortir les liens d'amitié et les rapports de travail dénués de tout souci d'ordre hiérarchique existant entre les protagonistes.

 

 


L'atelier de Bazille, rue de la Condamine
1870
Photographié au Musée d'Orsay, Paris

Pissarro, Cézanne, et parfois Courbet, lui rendirent visite dans ses studios successifs. Il était aussi l'une des rares personnes capables de soutenir des joutes verbales avec l'érudit et ironique Degas, faisant preuve d'une clarté d'esprit et d'un réalisme que l'on peut retrouver dans ses tableaux.


Scène d'été
1869

Fogg Art Museum , Harvard University
Cambridge, Ma. USA

 

 


L'oeuvre de Bazille, interrompue par sa mort prématurée à la guerre de 1870, montre des compositions nouvelles développées avec audace et diversité : portraits de plein air avec fond panoramique comme dans "La robe rose" 1864 ou "Vue de village Castelnau-le-Lez" 1868, scène de famille avec son grand tableau "Réunion de famille" 1867 (152x230), scènes de plein air avec "Scène d'été" 1869.

Il s'attacha en particulier à combiner la peinture de figures en plein air avec une concentration intense sur la lumière naturelle.

 

Bazille s'engagea volontairement, avec enthousiasme, dans le régiment des Zouaves lors de la guerre de 1870. Il fut tué au combat à Beaune-la-Rolande (près d'Orléans) le 28 novembre 1870, à l'âge de 29 ans.

Nombre d'oeuvres de Frédéric BAZILLE sont conservées au Musée Fabre de Montpellier.


 

Copyright © WEB-SY - 2004-2008

Commentaires, avis bienvenus :
Marc GERONDEAU :
mgerondeau@web-sy.fr