Paul GAUGUIN
Femmes
de Tahiti
1892
"Parau Api (Quoi de neuf?)" - 1892 - Gemaldegalerie Neue Meister, Dresde, Allemagne
GAUGUIN se détourna de l'impressionnisme en créant à Pont-Aven une nouvelle école de peinture symboliste, le Synthétisme...   English version

 
     
C l i q u e z  sur  les  i m a g e s
 
 

Paul GAUGUIN

aventurier et voyageur

Paul GAUGUIN est né à Paris en 1848 dans une famille française de la moyenne bourgeoisie. Il était d'ascendance  hispano-péruvienne noble par sa mère, et sa famille, étiquetée "rouge" - son père travaillant au "National", l'organe du Parti Radical -, gagne le Pérou en 1849 pour échapper à la répression du "Parti de l'ordre".

Son père décède lors du voyage, et Paul reviendra à Paris six ans plus tard avec sa mère et sa soeur. De cette petite enfance en exil en Amérique Latine, il gardera toujours le goût du voyage et de l'exotisme.

 

Autoportrait au Christ Jaune
1889

Collection particulière



p
o
u
r


l
e
s

a
g
r
a
n
d
i
r

DEBUSSY -Prélude à l'après-midi d'un faune (1894)
 


LE MARIN

A 17 ans, il s'engage dans la marine marchande. De ce quai du Havre ou s'était embarqué Edouard Manet en 1848, comme matelot, Paul Gauguin voit à son tour s'éloigner les côtes de France. La destination est la même : Rio de Janeiro. En retrouvant le continent de son enfance, le jeune matelot est heureux. Par le détroit de Magellan, à Port -Famine, Paul se rend sur la tombe de son père, puis se dirige vers Panama , les iles polynésiennes, les Indes. Là, en 1867, il apprend que sa mère s'est éteinte.


L'AGENT DE CHANGE

Après la guerre franco-prusienne de 1870-71, Paul Gauguin reprend la vie à zéro. Il va trouver une situation chez l'agent de change Bertin, confrère de Gustave Arosa, un ami de sa famille devenu son tuteur à la mort de sa mère en 1867. Il gardera cet emploi, qui lui offre une vie aisée, jusqu'au krach de 1882.

C'est également auprès de Gustave Arosa qu'il va s'initier à la peinture. Celui-ci possédait une importante collection d'art, incluant des oeuvres de Delacroix. Sous son influence, Paul Gauguin allait devenir lui-même peintre amateur, puis collectionneur, achetant des oeuvres impressionnistes.

Il rencontre une jeune danoise , Mette-Sophie Gad, qu'il épouse en 1873. Elle lui donnera 5 enfants.


LE PEINTRE DU DIMANCHE, ELEVE DE PISSARRO


La Seine au Pont d'Iéna,
temps neigeux
1875
Musée d'Orsay, Paris

 

Avec son ami Emile Schuffenecker, un collègue de bureau, peintre amateur, il va peindre en banlieue. A ses débuts Paul Gauguin peint dans le style de Corot, et sera même admis au Salon de 1876.

En 1874, chez les Arrosa, il rencontre Pissarro , qui va l'initier au paysage impressionniste et lui communiquer le sens de la composition picturale.

 

DANS LE SILLAGE DES IMPRESSIONNISTES

Durant les années 1874-1886, Paul Gauguin allait se mouvoir dans le sillage du mouvement impressionniste.

En tant que collectionneur, il se montra audacieux achetant très tôt des oeuvres de Pissarro, Manet, Monet, Renoir, Sisley, Guillaumin, Cassatt, Degas et Cézanne. Il gagnera particulièrement l'amitié de Pissarro et de Degas, ce dernier restant, en dépit d'une brouille passagère, l'un de ses plus ardents défenseurs, lui achetant à plusieurs reprises des toiles.

En tant que peintre, sa peinture restera très proche de celle de son mentor, Pissarro, jusque vers 1883. Il devra à l'impressionnisme son sens de la lumière de plein air, la luminosité de ses couleurs, et son indépendance à l'égard des conventions.

 

Paul Gauguin participera de 1879 à 1886 aux cinq dernières expositions du groupe des impressionnistes.

Au cours de ses hésitations, on trouve la remarquable "Etude de nu ou Suzanne cousant" , qui fut très remarquée lors de l'Exposition de 1881.

La disposition et le caractère de nature morte rappelle Manet, l'étude de nu et les gestes quotidiens de la couture trahissent la vision réaliste de Degas, tandis que la richesse des nuances de lumière et des ombres bleues et vertes sur la peau nue rapprochent cette oeuvre de Renoir.

Même après sa rupture de l'été 1888 avec l'impressionnisme, il est des admirations que Gauguin ne reniera jamais : Pissarro, Degas et Cézanne.

 


Etude de nu
ou Suzanne cousant
1881
Ny Carlsberg-Glyptotek
Copenhague, Danemark

 

GAUGUIN PEINTRE A PART ENTIERE

Après le krach de 1882, Paul Gauguin quitte son emploi et décide de "peindre tous les jours" et de se consacrer à cet art qu'il pratique depuis longtemps en "talentueux peintre du dimanche". Ayant décidé de vivre exclusivement de son art, sa situation financière se détériore rapidement. Gauguin part vivre avec sa famille à Rouen, et huit mois plus tard, sans le sou, est contraint de partir vivre dans la famille de sa femme, avec ses cinq enfants au Danemark.

Là, Paul Gauguin, incompris de sa belle-famille, se décourage rapidement et décide finalement de revenir vivre à Paris avec Clovis, un de ses fils. Ils y vivront dans un grand dénuement, souvent gagnés par la maladie, mais toujours aidés par Schuffenecker, l'ami fidèle. Quoique gagnant peu d'argent en vendant ses tableaux, Gauguin voit ses oeuvres souvent favorablement accueillies par la critique

Gauguin participa à la huitième et dernière exposition des Impressionnistes en 1886, dont Monet, Renoir, Sisley et Caillebotte étaient absents, laissant Degas et Pissarro imposer leurs protégés respectifs, en particulier Seurat et Signac pour Pissarro.

L' année 1886 peut être considérée comme la dernière année du groupe des impressionnistes, qui va, encore davantage, éclater dans différentes directions, que l'on regroupera sous le vocable "post-impressionnisme".

 

1886, LE SYMBOLISME

Cette même année 1886 voit la naissance d'une nouvelle tendance artistique, le Symbolisme, exposée dans le manifeste du poète Jean Moréas. Celle-ci s'oppose à l'Impressionnisme en prônant non la peinture objective de la réalité observée avec ses mille détails visuels, mais la peinture du caractère propre du sujet - ce qu'il symbolise - au moyen de traits essentiels.


Végétation tropicale, Martinique
1887

Collection particulière
 

En juillet 1886 Paul Gauguin effectue un premier séjour en Bretagne. Il s'installe pour 3 mois à la pension Le Gloanec, à Pont-Aven, un village de pêcheurs où vit une colonie d'artistes. Il y rencontre le très jeune peintre (et écrivain) Emile Bernard (1868-1941) , tenant du "cloisonnisme", une technique picturale cernant chaque plan de couleur d'une fine cloison, un peu à la manière de la technique du vitrail.

De retour à Paris, il rencontre pour la 1ère fois Van Gogh en novembre 1886.

En avril 1887, il s'embarque avec le peintre Charles Laval pour Panama, où il travaille un mois sur le Canal de Panama, d'où il gagnera la Martinique.

Il y vit de juin à octobre à l'Anse Turin, au Carbet, dans des conditions précaires dans une case sur une plantation, à 2 kilomètres de Saint-Pierre. Là, enthousiasmé par la beauté de la nature, il peindra une dizaine de toiles qui ont laissé un souvenir profond aux Antillais (Musée Gauguin - Le Carbet).

Malades de dyssenterie et du paludisme, et sans ressources pour vivre, Gauguin et Laval rentrent en France en novembre 1887.

 

1888, LE SYNTHETISME A PONT-AVEN

De retour à Paris, Paul Gauguin repartira début 1888 à Pont-Aven, à la pension Le Gloanec, où il restera jusqu'en octobre, date de son départ en Arles pour retrouver Vincent Van Gogh.

 

A Pont-Aven, Paul Gauguin renonça à l'impressionnisme pour élaborer, influencé par le peintre Emile Bernard et par le courant symboliste, une nouvelle théorie picturale, le "Synthétisme".

Sa recherche allait dans le sens d'une simplification des formes, il élimine les détails pour ne garder que la forme essentielle, simplification obtenue par l'usage du cerne et de l'aplat de couleur.

Le tableau "La vision après le sermon" - 1888 qu'il peint à Pont-Aven dans ce style, constitue également le premier essai de Gauguin pour introduire dans un tableau un motif imaginaire, enfreignant le principe de stricte réalité en vigueur depuis Courbet.

 


La vision après le sermon
ou la lutte de Jacob avec l'ange
1888
National Gallery of Scotland , Edimbourg

 

GAUGUIN CHEZ VAN GOGH EN ARLES

Paul GAUGUIN arrive à Arles le 23 octobre 1888, attendu avec ferveur par Vincent Van Gogh.

Cette visite améliore d'abord l'état de santé de Van Gogh, avant que les deux hommes ne s'opposent sur leur façon de travailler et leurs idées, et ce que Van Gogh devait appeler "la catastrophe" dans la journée du 23 décembre, qui vit Vincent menacer Paul avec un rasoir, avant de se mutiler partiellement l'oreille droite.

Gauguin quitte Arles après ce dramatique incident.

 

Pourtant, l'intensité psychique et spirituelle des toiles de Gauguin de 1889, le Christ Jaune, le Calvaire breton, la Belle Angèle évoque l'influence de Van Gogh sur Gauguin.

L'Exposition au Café Volpini à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris de 1889 marque la naissance d'une école nouvelle groupée autour de Gauguin, l'Ecole de Pont-Aven.

Nabis et Synthétistes, inspirés également par Mallarmé et les symbolistes littéraires, partageront pendant quelques temps des convictions communes sur la nécessité de libérer la peinture de sa sujétion au réel et de laisser davantage de place à l'idée ou à la symbolique.

Maurice Denis, Paul Sérusier, Édouard Vuillard, Pierre Bonnard, Odilon Redon feront partie de ce mouvement.

Gauguin retournera en Bretagne en 1889 et 1890, au Pouldu, tout proche de Pont-Aven, deux lieux où chaque été une importante colonie d'artistes tentera d'élaborer une nouvelle peinture. Il y loge à "la Buvette de la Plage" de Marie Henry, en compagnie des peintres Meyer de Haan, Sérusier et Filiger.

 


La belle Angèle
1889
Musée d'Orsay, Paris

En mars 1891 un banquet présidé par Mallarmé est donné en son honneur alors que le peintre pense déjà à renouveler l'expérience des contrées exotiques en fixant son choix, après avoir songé à Java, au Tonkin ou à Madagascar, sur Tahiti.

Cette île lointaine découverte en 1767, protectorat puis colonie française à partir de 1880, est décrite par Bougainville puis par Pierre Loti, dans son roman autobiographique, "le Mariage de Loti", comme un archétype de l'Eden primitif. Or, c'est bien celà que recherche Gauguin : trouver une nature primordiale où cultiver, pour lui-même et pour son art, ce qu'on a appelé son primitivisme, ce "malgré moi de sauvage" comme il l'écrivait à sa femme, ses origines profondes d'Inca du Pérou - comme il se représente désormais dans ses autoportraits -.

L'ATELIER DES TROPIQUES EN POLYNESIE

Une vente publique de ses oeuvres et l'achat par Degas de son tableau "La belle Angèle" permet à Gauguin de partir en 1891 pour Tahiti afin de tenter une nouvelle expérience et fuir à nouveau cette "France civilisée à outrance", ou, pour citer le vers célèbre de Mallarmé : "Fuir, là-bas fuir".

Pour ce faire, il obtient également du gouvernement français une mission officielle d'étude des coutumes et paysages de ce pays.

1er Séjour 1891-93


Paroles du diable
1892
National Gallery of Art
Washington DC

Dans cet "ailleurs", Paul Gauguin fait d'abord oeuvre d'ethnologue, manifestant une grande curiosité pour la culture et le culte maori, dont il va utiliser les sujets dans ses tableaux.

Il y est aussi fasciné par le charme indolent des beautés locales et peint une Océanie paradisiaque (que l'arrivée des Occidentaux avait déjà pourtant grandement commencée à détruire).

Gauguin s'y affranchit avec une liberté et un naturel inégalés de la peinture occidentale par son style primitif et la prodigieuse invasion des couleurs  (le sol pourpre et lilas de Paroles du diable, le mur jaune derrière la Fille à la mangue...).

Mais parfois le côté provincial de cette lointaine colonie française lui rappelle cruellement une civilisation qu'il croyait avoir laissée derrière lui : "l'imititation, grotesque jusqu'à la caricature, de nos moeurs, modes, vices et ridicules civilisés... Avoir fait tant de chemin pour trouver cela même que je fuyais!» (extrait de Noa-Noa).

En juin 1893, Gauguin quitte Tahiti pour la France où il arrivera en août.

1894, dernier séjour à Pont-Aven

En septembre 1893, Paul Gauguin commence la rédaction de Noa Noa ("Odorant"), afin de mieux faire comprendre sa peinture tahitienne.

En novembre 1893 une exposition des oeuvres de Gauguin a lieu chez chez Durand-Ruel avec 41 tableaux de Tahiti, 3 de Bretagne et des sculptures sur bois. Mais Gauguin est déçu par l'accueil fait par les critiques parisiens à ses toiles d'Océanie.

Gauguin retourne une dernière fois d'avril à novembre 1894 à Pont-Aven. La colonie artistique de Pont-Aven, qui compte certains étés plus de cent peintres, est devenue alors un phénomène unique en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle.

 

2ème Séjour 1895-1903, l'adieu définitif à la civilisation

En juillet 1895, Paul Gauguin repart à nouveau du port de Marseille pour Papeete.

Il y vivra jusqu'au mois de septembre 1901, date à laquelle il part pour s'installer aux Iles Marquises. C'est dans sa case baptisée la "maison du jouir" qu'il mourut le 8 mai 1903 à Hiva Oa, une des îles Marquises.


  Là-bas, la solitude et la détresse matérielle ne l'empêchèrent pas de réaliser certaines de ses plus belles œuvres où il retranscrit avec concision et intensité sa vision sensuelle et mystique de la vie. En particulier son vaste tableau testament, "D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?" - 1897  

D'où venons-nous? Que sommes-nous?
Où allons-nous?
1897
Museum of Fine Arts, Boston




"La couleur qui est vibration de même que la musique" , ces mots de Paul Gauguin illustrent bien l'usage si particulier qu'il fait du rose, son amour de plus en plus vif pour l'indigo et le jaune citron, la profondeur de ses ocres rouges, le balancement du vert du suraigu au très grave, ses harmonies sombres, presque sourdes, déchirées par des dissonances. L'envie s'impose d'écouter sonner la peinture dans toute sa puissance. On s'en étonne, on s'en pénètre, on en jouit.


L'oeuvre de Paul Gauguin  influencera fortement les nabis et les fauves
 

 

1848 7 juin  

Naissance d'Eugène Henri Paul GAUGUIN, 52 rue Notre-Dame-de-Lorette à Paris
de Clovis GAUGUIN, rédacteur du National, 34 ans
et Aline CHAZAL, 23 ans

Aline est la fille de André CHAZAL, graveur typographe et de Flora TRISTAN (1803-44), écrivain socialiste française, fille naturelle du péruvien Don Mariano Tristan Y Moscoso

1849     Paul embarque avec ses parents et sa soeur aînée Marie pour le Pérou
  30 octobre   Clovis GAUGUIN meurt d'une rupture d'anévrisme à Port-Famine (Patagonie)
1849-1855     Aline GAUGUIN vit avec ses deux enfants dans la propriété de Don Pio Tristan Y Moscoso, frère cadet de son grand-père
1855     Aline rentre en France
Mort de Guillaume GAUGUIN, grand-père et parrain de Paul, épicier à Orléans
Aline habite à Orléans chez Isidore GAUGUIN, frère de Clovis
1856     Paul entre comme externe dans un pensionnat à Orléans
1859     Aline s'installe à Paris comme couturière
Paul reste à Orléans où il entre au petit séminaire
1862     Paul étudie à Paris à la pension de Mr Loriol, préparant à la Marine
1864     Paul effectue sa dernière année d'étude comme interne au lycée d'Orléans
1865     Aline désigne Gustave AROSA comme tuteur de ses deux enfants
  7 décembre   Paul quitte Le Havre comme pilotin (élève-officier) dans la marine marchande
1866     Aline s'installe à Saint-Cloud près des AROSA
  29 octobre   Paul Gauguin s'embarque à bord du "Chili" pour un périple de 13 mois autour du monde, comme lieutenant en second
1867 7 juillet   Mort d'Aline GAUGUIN
  14 décembre   Paul débarque à Toulon du "Chili"
1868     Paul effectue son service militaire dans la marine de guerre, à bord du "Jérôme-Napoléon"
1871 23 avril   Paul est libéré du service militaire à Toulon
      Gustave AROSA lui trouve un emploi chez Paul BERTIN, agent de change, comme remisier (intermédiaire entre l'agent de change et les clients)
1872-1873     Paul Gauguin rencontre Mette Sophie GAD, âgée de 22 ans, danoise, qu'il épouse le 22 novembre 1873
1874     Gauguin fait la connaissance, chez Bertin, d'Emile SCHUFFENECKER, peintre amateur
Il rencontre PISSARRO chez les AROSA
  31 août   Naissance d'Emil
1876     Paul Gauguin expose "Sous-bois à Viroflay" au Salon Officiel de Paris
Il acquiert des oeuvres des peintres impressionnistes (Manet, Cézanne, Renoir, Sisley...)
1877 24 décembre   Naissance d'Aline
1878 25 février   Vente, après son décès, de la collection de Gustave Arosa à l'hôtel Drouot
1879 10 avril-
11 mai
  Sur l'invitation de Pissarro et Degas, Paul Gauguin participe à la 4ième exposition des Impressionnistes
Naissance du 3ième enfant, Clovis, le 10 mai
Passe l'été à Pontoise à peindre avec Pissarro
1880 avril   Paul participe à la 5ième exposition des Impressionnistes
      Peint l'été près de Pissarro à Pontoise
1881     Participe à la 6ième exposition des Impressionnistes où son "Etude de nu, ou Suzanne cousant" est remarquée
  12 avril   Naissance de Jean-René
      Passe l'été chez Pissarro
1882 mars-avril   Gauguin participe à la 7ième exposition des Impressionnistes
1883     Gauguin abandonne son emploi de boursier pour se consacrer à la peinture
Passe l'été chez Pissarro
  6 décembre   Naissance de Paul-Rollon
Gauguin déménage à Rouen
1884 juillet   Mette Gauguin part au Danemark
  novembre   Paul Gauguin, "ne possédant plus un radis", rejoint sa femme à Copenhague, où il a obtenu d'être représentant d'une entreprise de Roubaix
1885 mai   Organisation d'une exposition des oeuvres de Gauguin à Copenhague par la Société des Amis de l'Art
En juin, Paul rentre avec Clovis à Paris
      Habite en octobre chez Schuffenecker, puis loue un logement
Travaille pour une société d'affichage comme colleur d'affiches Gare du Nord, devient inspecteur pour cette société
1886 mai-juin   Participe à la 8ième et dernière exposition des Impressionnistes, où il a du succès
  juillet-
novembre
  Part pour un 1er séjour à Pont-Aven, où il prend pension chez Marie-Jeanne GLOANEC, où écrit-t-il à Mette "on me respecte comme le peintre le plus fort de Pont-Aven" et "tout le monde ici (Américains, Anglais, Suédois et Français) se dispute mon conseil"
1ère rencontre en août avec Emile BERNARD
      Gauguin fait de la sculpture céramique avec le céramiste Ernest CHAPLET, rue Blomet
Rencontre Vincent VAN GOGH à a Galerie Boussod et Valadon
1887 10 avril   Part avec Charles Laval pour Panama où il travaille "à la pioche" sur le percement du canal
Quitte Panama à la mi-mai pour la Martinique où il reste, enthousiasmé, jusqu'en octobre
Malade, Gauguin se fait embaucher comme matelot sur un voilier pour regagner la France
  décembre   Chaplet cesse son activité de céramiste, collaboration en laquelle Gauguin avait espérée
Théo Van Gogh présente des oeuvres de Gauguin à la Galerie Boussod et Valadon
1888 février   A Mette : "Sur le point d'être lancé, je dois encore faire un effort suprême pour ma peinture et je vais aller en Bretagne, à Pont-Aven, pendant 6 mois, faire des tableaux"
Laval rejoint Gauguin à Pont-Aven
A Schuffenecker : "Vous êtes parisianiste. Et à moi la campagne. J'aime la Bretagne : j'y trouve le sauvage, le primitif. Quand mes sabots résonnent sur ce sol de granit, j'entends le ton sourd, mat et puissant que je cherche en peinture" (Février 1888)
  août-oct  

Nouvelle rencontre avec Emile Bernard et révélation devant le tableau "Bretonnes dans la prairie verte" - 1888 que celui-ci réalise au cours de l'été
Paul Gauguin exécute peu de temps après "La vision après le sermon"
A Schuffenecker : "Un conseil, ne peignez pas trop d'après nature. L'art est une abstraction
... pensez plus à la création qui en résultera, c'est le seul moyen de monter vers Dieu..." (Août 1888)
A Emile Bernard : "Vous avez tous les atouts en main...Vous êtes extraordinairement doué..." (octobre 1888)

  octobre   Gauguin Quitte Pont-Aven pour rejoindre Vincent Van Gogh à Arles
      "...Deux hommes ont fait là un travail colossal, utile à tous deux." (Paul Gauguin "Diverses choses")
A Emile Bernard : "Vincent et moi sommes bien peu d'accord en général, surtout en peinture...Il est romantique et moi je suis plutôt porté à un état primitif" (Déc. 1888)
A Schuffenecker : "Vous m'attendez à bras ouverts... Je ne viens pas encore...je dois beaucoup à Théo Van Gogh et Vincent et ne puis en vouloir à un coeur excellent qui est malade, qui souffre et qui me demande." (Déc. 1888)
1889 janvier   Gauguin loue un atelier avenue de Montsouris et loge avec la famille Schuffenecker, rue Boulard
Gauguin rencontre le peintre hollandais Jacob Meyer de Haan à la Galerie Boussod et Valadon
  février-mai   3ième séjour à la pension Gloanec
  mai   Rentre à paris pour préparer l'exposition chez Volpini
Ouverture de l'Exposition Universelle à Paris (inauguration de la Tour Eiffel)
  juin   Paul Gauguin expose 17 toiles à l'exposition de peintures du Groupe Impressionniste et Synthétiste dans le "Café des Arts" de M. Volpini, au Champs-de-Mars, où exposent également Emile Benard, Laval, Schuffenecker, de Monfreid...
Aucune toile vendue, mais cette exposition lui fait rencontrer le critique Albert Aurier et suscite de l'enthousiasme auprès de Sérusier et ses amis, les futurs Nabis
      A mi-juin, Gauguin retourne à Pont-Aven, puis au Pouldu, avec Sérusier
  octobre   Finit par s'installer au Pouldu à "La Buvette de la Plage" de Marie Henry en compagnie de Meyer de Haan, qui lui paie sa pension, Gauguin étant dénué de tout
1890 février   Gauguin quitte Le Pouldu pour Paris où il habite chez les Schuffenecker
  juin-
novembre
  Nouveau séjour au Pouldu avec Meyer de Haan, où il achève la décoration de l'auberge de Marie Henry avec Sérusier et Filiger
      Fréquente les cercles symbolistes à Paris
1891 Février   Vente publique de ses oeuvres à Drouot pour financer son voyage à Tahiti
  Mars   Gauguin rend visite à sa femme et ses enfants à Copenhague
Obtient une mission du Ministère des Beaux-Arts
  1er avril   Embarque à Marseille et arrive à Papeete le 9 juin
  décembre   Rencontre Teha'a-mana qui devient sa vahiné et son modèle
1892 juin   Fait une demande de rapatriement au Directeur des Beaux-Arts à Paris
1893 juin   Est rapatrié aux frais du ministère de l'Intérieur
Arrive à Paris en août
  octobre   Commence la rédaction de Noa-Noa où il raconte de manière poétique et illustrée ses découvertes de la vie primitive à Tahiti
  novembre   Expose ses oeuvres récentes à la Galerie Durand-Ruel
1894 février   Touche l'héritage de son oncle Isidore Gauguin
      Gauguin loue un deux-pièces rue Vercingétorix, où il vit avec Annah la Javanaise
  avril   Part en Bretagne avec Annah
      A une jambe fracturée dans une bagarre à Concarneau
Annah quitte Pont-Aven et pille l'atelier de Gauguin à Paris
Gauguin est débouté à Quimper dans son procès avec Marie Henry pour récupérer ses oeuvres restées dans son auberge du Pouldu
  novembre   Un banquet en son honneur est organisé par Charles Morice au Café des Variétés à Paris
1895 janvier   Va à Copenhague voir ses enfants
  février   Echec de la vente publique de 47 de ses oeuvres à Drouot : seuls 9 tableaux sont vendus, dont 2 à Degas
  3 juillet   Paul Gauguin s'embarque à Marseille pour Papeete où il arrive le 9 septembre
  novembre   S'installe à Punaauia, tout près de Papeete
1896     Sa nouvelle vahiné s'appelle Pahura
1897 janvier   Mort de sa fille Aline à Copenhague
  décembre   Gauguin est victime d'une crise cardiaque
Il tente de se suicider à l'arsenic
1898     Gauguin travaille comme dessinateur au bureau des Travaux Publics de Papeete
1899     Pahura a un fils, Emile
  août   Gauguin crée un journal "Le Sourire"
1900     Devient rédacteur en chef du journal "Les Guêpes"
1901     Gauguin quitte Tahiti pour les Iles Marquises
Il y construit la "Maison du Jouir" où il s'installe avec sa vahiné Vaeho Marie-Rose
1902     Vaheo donne naissance à une fille Tahiatikaomata
1903     Pour avoir pris la défense de plusiueurs indigènes, Gauguin est accusé de diffamation à l'encontre du gouverneur, et condamné
  8 mai   Paul Gauguin meurt d'une crise cardiaque après avoir pris une forte dose de morphine
Il est enterré au cimetière catholique d'Atuona

Soyez mystérieuses
1890
Le Pouldu
Bois de tilleul peint

Musée d'Orsay
Paris

 

 


 

Copyright © WEB-SY - 2004-2008

Commentaires, avis bienvenus :
Marc GERONDEAU :
mgerondeau@web-sy.fr